mercredi 9 avril 2014

"A mort l'anormalité !"

Petit article coup de gueule, à la suite d'un évènement récent qui, hélas, n'est pas inédit dans mon quotidien, et sûrement dans celui de la plupart de vous.



Il y a quelques semaines, j'ai découvert sur ma messagerie FB des messages d'une personne que j'avais brièvement connue au lycée, mais avec laquelle j'avais si peu échangée que nous n'avons jamais été "amies" sur la fameuse plateforme. J'étais donc très étonnée. Un état de surprise qui a vite laissé place à celui de la décontenance.
Cette personne proférait des propos injurieux à mon encontre, ou plus particulièrement envers mon apparence physique.



"Je sais pas si tu sais mais tes jambes & bras sont effrayants "
"tu pue le mal être et la faiblesse "
"ya une limite entre fine et squelettique, et même si ça peut parfois être esthétique dans ton cas c'est juste laid et flippant."
"aller je te laisser te dessécher et décéder dans ta normalité accablante"



Donc, pour résumer, une personne qui ne m'a pas vue depuis plusieurs années, et si l'on exclu le fait que l'on s'est sommairement croisées dans le cadre scolaire, ne m'a jamais connue, prend sa soirée pour faire des recherches sur mon profil, regarde quelques unes de mes photos de profil, puis me transmet l'opinion qu'elle s'en est faite. Sans que je ne lui ai rien demandé.


Si tu ne fais pas partie de la deuxième catégorie, va te cacher et tais toi!


Le fait qu'en plus cette jeune fille mette impunément le doigt sur un sujet sensible qui ne concerne que moi n'est même pas la question.
Si j'avais été grosse, si j'avais perdu un bras, si j'avais changé de couleur de cheveux, aurais-je eu le droit à ce même "privilège" ?
Depuis quand le fait de se trouver sur internet justifie l'éventualité de recevoir des critiques et autres  agressions verbales de la part des autres utilisateurs ?

Dans une société (virtuelle?) où l'on cherche à tout prix à cultiver sa singularité, où l'on affirme son look et poste des photos originales pour bien montrer que nous ne sommes pas des moutons, je reste perplexe devant un tel paradoxe. Adopter un look hipster, décalé, se tatouer, chercher à faire le buzz par de l'auto-dérision, tout ceci est implicitement toléré et même loué. L'anormalité assumée est un moyen de se faire respecter.
Par contre, les traits qui nous caractérisent que nous n'avons pas nécessairement choisis eux, sont blâmables, à souligner, à moquer ! Ma perte de poids, que l'on devine provoquée par des évènements douloureux et complexes de mon existence, est donc une preuve tangible de faiblesse. 
Et faible, je n'ai pas le droit au respect.

Et comme je vous le disais au début de ce post, cet évènement est loin d'être isolé, j'ai le droit à mon lot quotidien de "t'es trop maigre", "j'aurais peur de te casser", "quand tu t'assois sur les genoux d'un mec soit doit faire CLAC". Mais est ce que je vous demande votre avis ? Qu'est ce qui légitime votre liberté d'expression face au physique des autres ?
Cette fois était la fois de trop, j'ai décidé de porter plainte pour diffamation, et atteinte à l'intégrité. 
Alors oui, vous me direz que venant d'une personne dont je n'ai que faire de l'avis qu'elle porte sur moi, j'aurais pu tout simplement ignorer les messages et passer mon chemin. Mais je ne pense pas que se taire rende service à la société. Si l'on recherche des rapports plus sains avec nos confrères,  il faut leur montrer pourquoi de tels comportements ne sont pas normaux, ne sont pas acceptables. 

Emportant mes preuves avec moi, je me suis présentée au commissariat de mon quartier.
Verdict ? Dissuadée de déposer plainte, l'agent de police n'ayant pas vu en quoi ces propos étaient blâmables. "C'est le langage lambda des réseaux sociaux mademoiselle. Fermez votre compte si vous ne voulais plus être confronté à ce genre d'événement." 
Mais je ne vois pas pourquoi ce serait à moi de changer à la place de ceux qui n'ont aucun savoir vivre. 

Quelle ligne du politiquement correct doit-elle être franchise pour qu'enfin on s'insurge, qu'enfin on laisse tomber ses oeuillères pour mettre un holà à ces atteintes à la dignité des victimes ?
Ce que je retiens de cette expérience, c'est qu'il aurait fallu que je sois directement en danger, que mon interlocutrice formule expressément qu'elle serait le lendemain à mon domicile avec un couteau pour que l'on bouge le petit doigt.
Pour le respect de ma dignité, on repassera.



Et vous, déjà confrontées à ce type de problème ? Comprenez vous le désespoir dans lequel certaines personnes peuvent se retrouver dans des cas de harcèlement moral ? Pensez vous qu'une prise de conscience massive de la part des autorités et des citoyens dans leur globalité se fait urgente ?


Je profite de l'occasion pour vous faire part du projet qui m'a le plus touché ces derniers mois, le fabuleux tumblr "mon corps m'appartient" que vous avez peut être découvert dans cet article de Madmoizelle.



La photo à l'origine du projet de la blogueuse Une Jeune Idiote,
lisez son billet pour mieux comprendre :)



3 commentaires: